Collaboration avec les peuples autochtones

Dans certaines des collectivités où Produits forestiers Résolu est présente au Canada, les membres des communautés autochtones constituent une partie importante de la population. Résolu reconnait la signification culturelle et sociale de la terre, de l'eau et des forêts pour les peuples autochtones. La Société comprend également que ces ressources sont essentielles pour la prospérité future et la durabilité économique des collectivités autochtones. Ces dernières et la Société ont un intérêt commun à veiller à ce que les forêts sur lesquelles elles dépendent continuent de pourvoir aux besoins culturels, environnementaux et économiques des générations à venir.

Résolu est engagée à entretenir des relations constructives avec les Premières Nations et les communautés autochtones habitant les régions où nous exerçons nos activités au Canada, et à examiner les occasions d'emploi et d'opportunités d'affaires pouvant bénéficier aux parties. Nous avons établi des relations consultatives et des partenariats d’affaires avec près de 40 communautés et organisations autochtones.

Entretenir des relations constructives

Nous nous sommes engagés à entretenir des relations constructives avec les peuples autochtones et nous reconnaissons notamment la nécessité de respecter leurs traités, leurs traditions et leurs droits, d’établir avec eux des relations commerciales mutuellement avantageuses et de soutenir leur prospérité socio-économique et leur viabilité. 

En 2013, Résolu a élaboré une Politique concernant les peuples autochtones, qui décrit notre engagement à bâtir des relations solides, à nous assurer que les communautés autochtones sont consultées dans les décisions qui les touchent, et à créer une prospérité économique partagée.  

En Ontario, on consulte les communautés autochtones pour élaborer les plans d’aménagement forestier. Au Québec, on harmonise la délimitation des blocs de coupe avec les usages traditionnels des communautés autochtones. On s’assure ainsi que leurs préoccupations sont entendues et qu’on en tient compte avant d’autoriser des travaux d’abattage. 

Les communautés autochtones peuvent aussi soulever des questions pendant les audits de certification indépendante, questions qui sont ensuite adressées au gouvernement provincial ou fédéral et occasionnellement au public. Nous procédons à des audits internes appelés « revues de direction » avant que les audits de certification ne soient effectués par des tiers, ce qui nous aide à cerner, définir et suivre toute question liée aux affaires autochtones. 

Dans la plupart de nos opérations forestières, nous utilisons des systèmes certifiés ISO 14001 pour suivre tous les incidents, dont ceux qui concernent les communautés autochtones. Résolu assure le suivi de ces incidents surtout au niveau des divisions, puisque la majorité d’entre eux sont liés aux opérations forestières. Ces systèmes de suivi ont d’abord été conçus pour soutenir les audits de certification de l’aménagement forestier et pour démontrer que les exigences de certification liées à l’harmonisation avec les peuples autochtones ont été respectées. Les incidents sont portés à l’attention des parties appropriées dans les plus brefs délais.

Participation économique des Autochtones dans le secteur des produits forestiers

Conformément à ses principes de durabilité sociale, environnementale et économique, Résolu a implanté les Lignes directrices sur la politique d'approvisionnement auprès des Autochtones pour renforcer son engagement envers les communautés Autochtones du Québec et de l’Ontario. Notre objectif consiste à offrir un accès équitable aux occasions commerciales et à favoriser la participation économique des peuples et des entreprises autochtones dans le secteur des produits forestiers.

Planification de l’aménagement forestier

Nous maintenons un dialogue ouvert entre la direction et les communautés autochtones partout où les activités de Résolu touchent les peuples autochtones. On tient régulièrement des réunions pour discuter de sujets d’importance mutuelle, comme la distribution des zones de récolte, la conservation de l’énergie et le contrôle de la pollution par le bruit, ou de développements susceptibles d’intéresser les communautés, comme la construction de nouveaux chemins d’accès. 

Nous bâtissons et entretenons ces relations par des consultations publiques et des accords de collaboration afin d’en venir à des approches coopératives et de favoriser des activités économiques durables. La consultation publique constitue une étape essentielle du processus de planification de l’aménagement forestier durable, et Résolu sollicite l’apport des membres des communautés autochtones à l’examen de ses plans de récolte pour s’assurer que la Société tient compte des aspects culturels, environnementaux, sociaux et économiques locaux. 

Même si l’industrie est souvent invitée à prendre part aux discussions, il convient de souligner qu’au Canada, la responsabilité légale de consulter les membres des communautés autochtones et d’harmoniser les pratiques d’aménagement forestier avec leurs usages culturels et traditionnels incombe au gouvernement. Dans ce contexte, Résolu collabore avec les membres des communautés autochtones et les gouvernements afin de favoriser des discussions constructives qui, nous l’espérons, mèneront à des solutions à long terme.

Entretenir des relations avec les peuples autochtones

En Ontario, la Société entretient des liens étroits avec 18 nations autochtones et elle collabore à l’élaboration de plans d’aménagement mutuellement acceptables touchant les régions où elle exerce ses activités. Au Québec, Résolu sollicite régulièrement l’apport de 11 communautés autochtones en vue d’harmoniser ses activités de récolte avec leur utilisation des terres traditionnelles.

Dans un cas en particulier, les ententes ont éte quelque peu retardées quand les Algonquins de Lac-Barrière, au Québec, ont fait parvenir une déclaration au gouvernement provincial soulignant le manque de consultation au sujet des permis de coupe octroyés pour cette région en 2012. Ces consultations sont menées par des représentants du gouvernement, avec ou sans la participation de Résolu. Les discussions sur l’harmonisation se sont poursuivies avec succès et les permis d’exploitation ont été distribués à l’industrie. 

Projets mutuellement avantageux

Résolu compte un certain nombre de partenariats avec des membres des communautés autochtones dans le cadre desquels elle s’engage notamment à travailler en collaboration avec eux pour repérer des possibilités d’emploi et de sous-traitance, à offrir du soutien aux programmes d’enseignement et dans la cartographie des lieux d’intérêt culturel ainsi qu’à collaborer aux ententes, à la planification, à la construction de routes et à la régénération des forêts. Les exemples de partenariats qui suivent montrent ce qu’il est possible de faire lorsque nous unissons nos efforts au chapitre du développement durable.

Ontario

Résolu a signé des mémoires d’ententes avec plusieurs Premières Nations en Ontario. Ces ententes ont donné lieu à des retombées économiques liées aux travaux de construction dans les scieries de Résolu dans la région, au transport de copeaux de bois, de biomasse et de bois d’œuvre en provenance des scieries, à des services de chargement et de déchargement de billes, de bois d’œuvre et de produits dérivés dans les parcs à bois, à l’exploitation forestière et à la livraison des billes. 

Des contrats pluriannuels d’une valeur de plus de 100 M$ CA ont suivi les investissements de Résolu pour les scieries d’Atikokan et d’Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario, à l’accroissement de la capacité de production à la scierie de Thunder Bay et à l’ajout d’une usine de granules de bois aux installations de Thunder Bay. Ces contrats s’ajoutent aux ententes existantes d’une valeur annuelle approximative de 50 M$ CA qui se rapportent aux autres activités menées dans la région. 

Les nations qui ont signé ces ententes sont les suivantes : 

Entre 2019 et 2020, nous avons aussi signé des mémoires d'entente avec la Nation métisse de l'Ontario ainsi que la Première Nation de Whitesand pour mettre en place une structure de concertation continue et élaborer des accords et des projets supplémentaires entre les parties.

Québec

Dans la région du Lac-Saint-Jean, au Québec, Résolu a travaillé avec la Première Nation Pekuakamiulnuatsh Takuhikan à Mashteuiatsh et le gouvernement du Québec à l’achèvement d’un projet de consolidation des activités suivant la fermeture de la scierie de la Société située à Roberval en 2014. C’est ainsi que plus de 50 % du volume de bois de Roberval a été transféré à la communauté de Mashteuiatsh et le reste, à nos scieries de La Doré et de Saint-Félicien. En 2018, nous avons signé une entente de cinq ans avec la Première Nation prévoyant l'accès à environ 250 000 m3 de fibre ligneuse par année. 

Résolu a également signé une entente avec le conseil des Innus de Pessamit en juin 2015. Intitulé  « Un équilibre entre protection du Nitassinan et développement économique », ce protocole prévoit notamment le recrutement, la formation et l’embauche de main-d’œuvre innue. Des membres de la communauté de Pessamit auront accès à un éventail de possibilités d’emploi dans les installations de Résolu. L’entente prévoit également des investissements dans des entreprises innues œuvrant dans les services forestiers, les biocombustibles et la faune.

En 2020, nous avons renouvelé une entente avec la Première Nation Kitigan Zibi pour un accès à 151 900 m3 de fibre de bois en Outaouais.

En Abitibi-Témiscamingue, Résolu a également signé des mémoires d’entente avec les Premières Nations de Lac-Simon et de Waswanipi.

Partenariats et entreprises commerciales

  • Notre scierie de Thunder Bay (Ontario), qui exerce ses activités selon un modèle d’affaires unique auquel souscrivent Résolu et la Première Nation de Fort William, est la première installation au Canada à être exploitée conformément à des règlements adoptés en vertu de la Loi sur le développement commercial et industriel des Premières Nations, ce qui facilite ainsi le développement industriel avec les Premières Nations sur leurs terres.  
  • La scierie d’Opitciwan (Québec) constitue une coentreprise unique qui est exploitée avec succès depuis 1999. Le conseil atikamekw d’Obedjiwan en est propriétaire à 55 %, tandis que Résolu en est propriétaire à 45 %. En septembre 2013, la scierie a reçu le prestigieux Prix du leadership des entreprises autochtones décerné par l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) et le Conseil canadien pour le commerce autochtone, en plus d’autres prix remis par la Banque Royale du Canada et Industrie Canada au début des années 2000. 
  • Au moyen de notre partenariat continu avec la communauté de Kitigan Zibi Anishinabeg, nous menons des activités de récolte et d’aménagement forestier et payons des droits de coupe en échange des volumes alloués à cette Première Nation par le gouvernement du Québec.

Création de débouchés pour les jeunes Autochtones

Résolu reconnaît l’importance de favoriser la prospérité à long terme des collectivités autochtones en créant des débouchés pour les jeunes dans les collectivités où elle exerce ses activités.

  • En 2015, nous avons apporté notre soutien, notamment financier, à la création de la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone à l’Université Laval au Québec, un nouveau programme visant à renforcer les possibilités d’emploi dans les communautés autochtones au Québec.
  • En 2016, nous avons signé des protocoles d’entente avec le Confederation College à Thunder Bay (Ontario) et l’Anishinabek Employment & Training Service (AETS), un organisme autochtone offrant des services de formation et d’emploi aux Autochtones qui font leur entrée sur le marché du travail.
  • En 2018, nous avons annoncé que nous verserons une contribution de 150 000 $ CA échelonnée sur cinq ans à la campagne TEC (technologie, éducation et collaboration) du Confederation College pour aider à soutenir le centre de formation de pointe à Thunder Bay, à offrir une formation de qualité supérieure aux jeunes de la région, et à créer un bassin de relève talentueuse et hautement instruite, fin prête à amorcer une carrière au sein de l’industrie forestière.
  • En 2020, nous avons lancé un programme de recrutement et de formation des jeunes travailleurs en partenariat avec la Première Nation Wabigoon (Ontario), ce qui comprend une contribution de 24 978 $.