Priorités communes

 

Définir les enjeux qui préoccupent le plus nos parties prenantes 

Produits forestiers Résolu fait état de sa performance en matière de développement durable à l’égard des questions considérées comme des priorités communes, fondées à l’origine sur une analyse détaillée que la Société a effectuée en 2010 dans le cadre de son premier rapport conforme aux lignes directrices de la Global Reporting Initiative (GRI) ainsi que sur des mises à jour de cette analyse effectuées régulièrement depuis cette date.

Dans le passé, Résolu qualifiait ces enjeux de « pertinents », mais nous utiliserons dorénavant le terme « questions considérées comme des priorités communes » ou « priorités communes » afin d’éviter la confusion avec la pertinence dans le contexte des rapports financiers ou des documents déposés auprès des organismes de réglementation. Nous continuerons à appliquer la définition de la GRI et la méthode qu’elle utilise pour définir les enjeux en répertoriant les sujets qui ont des conséquences environnementales, sociales et économiques importantes pour la Société et qui ont une grande influence sur les évaluations et les décisions des parties prenantes.

Nous surveillons les priorités communes de façon continue grâce à une interaction régulière avec les parties prenantes et à des analyses périodiques. Ainsi, les préoccupations considérées comme des priorités communes sont régulièrement mises à jour.

Shared Priority-FR

Les questions considérées comme des priorités communes qui sont définies à l’aide de ce processus constituent la base de l’information que Résolu rend publique, donnant aux parties prenantes accès à des données sur ce qui compte le plus pour elles. Les questions importantes dans le domaine du développement durable sur lesquelles nous nous penchons ne sont pas toutes considérées comme des priorités communes. Celles qui exigent que nous nous conformions aux lois et aux règlements, par exemple, mais qui ne sont pas considérées prioritaires par des parties prenantes, font quand même l’objet d’une surveillance et nous en faisons état dans nos rapports à l’interne sans toutefois les inclure dans nos rapports sur le développement durable.

Priorités communes2

La définition des questions considérées comme des priorités communes a pour but de nous faire mieux comprendre les objectifs de nos parties prenantes et leurs besoins d’information. À cette fin, pendant que nous préparions notre rapport sur le développement durable de 2010, nous avons procédé à notre première analyse exhaustive des questions considérées comme des priorités communes afin d’identifier les sujets les plus importants pour la surveillance continue et la production de rapports. Les préoccupations des parties prenantes et leurs attentes à leur égard ont été déterminées et hiérarchisées au moyen d’une série d’entrevues individuelles et confidentielles avec des personnes représentant le milieu de la recherche, l’industrie, le gouvernement, les clients, les ONG(E), les syndicats et les investisseurs.

Les entrevues ont été menées par une tierce partie afin d’assurer l’impartialité des discussions, et seules des réponses globales sans mention de provenance ont été partagées avec Résolu. Les résultats des entrevues avec les parties prenantes ont été combinés avec un examen sectoriel détaillé des données de l’industrie sur le développement durable et une analyse comparative des rapports de sociétés nord-américaines et étrangères comparables. À partir de ces recherches, notre groupe de travail pour le rapport sur le développement durable a ajouté ses propres observations pour dresser une liste des questions ayant une importance commune pour la Société.

En 2012, 2013, puis encore une fois en 2016, nous avons entrepris une mise à jour complète de nos priorités communes. Pendant chacun de ces exercices, nous avons sollicité l’avis de nos principaux partenaires et parties prenantes pour savoir si notre stratégie, nos engagements publics et nos pratiques de communication en matière de développement durable continuaient de refléter leurs intérêts et leurs besoins les plus pertinents. 

En travaillant avec un tiers indépendant pour sonder des parties prenantes externes et d’autres parties intéressées au sein de la collectivité ainsi qu’à l’échelle régionale et nationale, nous avons pu approfondir nos connaissances sur leurs priorités. Nous avons par la suite communiqué les résultats de ces sondages à notre comité du développement durable, un groupe multidisciplinaire composé de membres de la direction, pour connaître l’incidence de ces préoccupations sur l’entreprise et pour compiler une liste de priorités communes.
 
Dans l’ensemble, les priorités des parties prenantes n’ont fait l’objet d’aucun changement important depuis notre dernière évaluation, qui remonte à 2013. Nous avons constaté par ailleurs qu’il existe une corrélation étroite entre les priorités qui ont été soulevées par les parties prenantes internes et externes à l’égard de notre entreprise, signe que Résolu saisit bien les attentes des deux groupes.

Au cours de ce processus, de nouvelles questions susceptibles d’avoir une incidence sur nos activités ont été cernées. Celles-ci comprennent : les embauches et les emplois à l’échelle locale, les investissements afin de prévenir les incidents liés à la sécurité et à l’environnement ainsi que la satisfaction de la clientèle. Nous veillerons à inclure de l’information à ce sujet d’ici les deux prochaines années dans nos rapports sur le développement durable publiés en ligne, lesquels sont préparés conformément aux normes de la GRI. De plus, trois des questions notées se démarquent encore plus cette année que par le passé, et nous mettrons davantage l’accent sur celles-ci dorénavant : une démarche d’approvisionnement responsable sur le plan de l’environnement, la politique publique et la conformité réglementaire des produits.

En 2017, nous prévoyons mener une analyse comparative et travailler avec un tiers indépendant pour évaluer la stratégie de développement durable de Résolu et sa performance par rapport à des entreprises comparables. Cet exercice permettra à notre comité du développement durable d’évaluer nos pratiques actuelles, d’envisager des initiatives futures et de donner suite à notre engagement envers l’amélioration continue.